La rumeur tue et ressucite l’immortel Bouteflika

100, 150? Combien de fois la rumeur de la mort de Bouteflika a traîné dans les rues, les cafés algériens. La presse, le web, les réseaux sociaux ?

Ce weekend, l’Algérie a encore cru perdre son président à la santé chancelante. Cette fois c’est un certain Alain Jules qui a mis sur les rails de l’information, la fausse mort d’Abdelaziz Bouteflika. A peine diffusée, l’information avait été twittée, “likée”, intrigué dans les hautes sphères… Le site d’information Algérie Patriotique raconte que même certains ambassadeurs y ont cru. “Des diplomates étrangers ont même pris attache avec des rédactions nationales pour leur faire part de la fièvre qui s’est emparée des officines à Alger à propos de cette rumeur et demander une confirmation ou une infirmation de cette nouvelle qui s’est répandue comme une traînée de poudre dans la journée d’hier”, explique le quotidien.

L’info qui a ému les Algériens samedi et dimanche était celle-ci : le président serait dans une clinique suisse, laquelle aurait annoncé sa mort clinique. Puis quelques heures passent, et finalement non, il est bien en vie, et en bonne santé. “Il ne s’agit donc que d’une rumeur. le président n’est ni mort, ni malade, ni en convalescence, ni en congé ! Il est juste chez lui entrain de suivre les évènements …”, réfute en premier les Envoyés spéciaux algériens. Aujourd’hui nous avons enfin reçu la confirmation finale que Bouteflika se porte bien il a reçu l’ambassadeur belge pour l’accréditer en tant qu’ambassadeur du Royaume de Belgique. Mais il est sûr que quelques doutes subsistent dans l’esprit de certains Algériens, des résistants attendent encore des preuves, c’est vrai après tout, où sont les photos officielles ? Nous plaisantons bien sûr, n’allez pas relancer une rumeur !

La question se pose : pourquoi lancer cette rumeur une fois tous les six mois ? Le président n’est pas en bonne santé, tout le monde le sait, mais chacun y va de son analyse personnelle ou médicale. Il y a quelques mois lors de la coupe d’Algérie, on murmurait que le président ne parvenait même pas à porter la coupe pour la donner aux champions, “il est au bout, la coupe était trop lourde pour lui, il ne tenait pas debout, il va mal, très mal”, a-t-on entendu. Lors du discours de Sétif, combien d’Algériens pensaient que c’était bien le dernier du président.

Communication officielle minimale et imagination fertile ne font décidément pas bon ménage. Il faut se rappeler que l’Algérien a bonne mémoire, et n’oublie pas les hospitalisations cachées, les silences présidentiels, les sorties au compte-goutte. Peut-être aussi est-il plus simple de penser que son président est mort, et commémoré, plutôt que de se dire qu’il est vivant et oublié.

La rédaction

5 comments

bonjour M Abdou Semmar
Ce que vous semblez probablement ignorer sur ce partenariat Asmidal/Grupo Vilar Mir c est qu il prevoyait la réalisation en DZ d une usine d ammoniac par Fertial et dont la capacité devait être de 3300 T/jour soit celle des 3 unités d ammoniac existantes.Ce projet n a jamais vu le jour malgre
– l établissement d un cahier de charges
– le lancement d un appel d offres
et en raison de l aval de SH quant a la contractualisation d une convention portant livraison de gaz a la nouvelle usine
Les pouvoirs publics ont préféré creer une autre joint venture relative au meme projet mais liant SH a une filiale de Grupo Vilar Mir soit Fertiberia plutôt que de laisser le projet se réaliser par Fertial. Ce qui fut fait sans que cela ne dépasse cependant la constitution de la société.
Pour mémoire le projet a été inaugure en 2008 a Arzew par le président Bouteflika et et le Roi d Espagne; sans suite a ce jour.
Le partenariat signe par Asmidal et GVM sous l égide du CPE – présidé alors par Ouyahia- prévoyait la réalisation de la mega usine par Fertial et devait être finance partiellement par les dividendes genere de l exploitation des usines de Fertial de 2005 a 2008. Faute d avoir retenu le schema initial les dividendes correspondants ont du être verses des 2009 aux actionnaires.
comme quoi nos dirigeants ne respectent pas les accords passes et meme s ils les revoient peut etre dans l intérêt du pays ne daignent pas statuer consensuelle ment sur la nouvelle situation de manière a trancher définitivement sur le projet.
Bigre un projet inaugure Boutef et le Roi d espagne en 2008 et dont on ignore le sort encore aujourd hui

bonjour M Abdou Semmar
Ce que vous semblez probablement ignorer sur ce partenariat Asmidal/Grupo Vilar Mir c est qu il prevoyait la réalisation en DZ d une usine d ammoniac par Fertial et dont la capacité devait être de 3300 T/jour soit celle des 3 unités d ammoniac existantes.Ce projet n a jamais vu le jour malgre
– l établissement d un cahier de charges
– le lancement d un appel d offres
et en raison de l absence d l aval de SH quant a la contractualisation d une convention portant livraison de gaz a la nouvelle usine
Les pouvoirs publics ont préféré creer une autre joint venture relative au meme projet mais liant SH a une filiale de Grupo Vilar Mir soit Fertiberia plutôt que de laisser le projet se réaliser par Fertial. Ce qui fut fait sans que cela ne dépasse cependant la constitution de la société.
Pour mémoire le projet a été inaugure en 2008 a Arzew par le président Bouteflika et et le Roi d Espagne; sans suite a ce jour.
Le partenariat signe par Asmidal et GVM sous l égide du CPE – présidé alors par Ouyahia- prévoyait la réalisation de la mega usine par Fertial et devait être finance partiellement par les dividendes genere de l exploitation des usines de Fertial de 2005 a 2008. Faute d avoir retenu le schema initial les dividendes correspondants ont du être verses des 2009 aux actionnaires.
comme quoi nos dirigeants ne respectent pas les accords passes et meme s ils les revoient peut etre dans l intérêt du pays ne daignent pas statuer consensuelle ment sur la nouvelle situation de manière a trancher définitivement sur le projet.
Bigre un projet inaugure Boutef et le Roi d espagne en 2008 et dont on ignore le sort encore aujourd hui

Bonjour, je suis un algérien qui vit en algérie, j’ai bientôt 15 ans et je suis en seconde , pour ma part, depuis ma naissance j’ai appris à parler le français comme langue principale, et même concernant ma scolarité, je pense que au contraire, c’est plutôt l’arabe qui me pose problème, après, je dirais quand meme qu’une langue doit être acquise avant l’age ou une personne commence à former sa personnalité pour la parler très bien, mais après comme vous le dites ce sera du “bricolage” , mais bon, je ne peux pas savoir comment fonctionne l’apprentissage du français, car je parle principalement français donc je n’arrive pas a imaginer comment serait quelqu’un qui ne parle pas français, par exemple moi , j’ai commencé apprendre l’anglais a l’age de 10-11 ans et jusqu’à maintenant je ne m’imagine pas parler anglais comme principale langue.

Donc ce que je veux dire, c’est qu’il est vraiment difficile de faire des études dans une langue non-principale, mais pour notre part en algerie, je pense que c’est la faute à la mentalité collective des algeriens qui sont complexés, quelqu’un qui parle français ou qui est francophone est directement mal jugé de la part des algériens (pas tous), ces mots à caractère péjoratif tel que “anouch” “tchitchi” , sont la principale preuve du rejet de la langue française en algerie, dans tout ce que j’ai écris dans ce commentaire, j’insiste sur la partie ou je vous précise comment l’esprit collectif des algeriens juge les francophones.
Bref, cette catégorie qui représente 80% des algériens ne changera jamais

je suis binational mes parents sont algériens ,je suis algérien je suis né en France donc français . L’Algérie nous a clairement abandonné En nous refusant le droit d’accéder à des autres responsabilités .Alors les Sofiane Feghouli peuvent cracher sur la France mais elle au moins n’a pas fait une loi qui nous interdit d’accéder aux hautes responsabilités en France..Comment voulez-vous qu’on vienne investir dans ce pays

Alors Mr Khanfri occupe toute la page, et il est hors sujet en plus.
Oui boutef et sa famille sont venus pour rester. Il n’y aura pas de cinquieme 3ouhda mais l’etablissement d’un royaum la boutefstan. S’il y avait des hommes en Algerie, ils ne se feraient pas gouverner par des fagots.
Les algeriens ont ete toujours avec celui qui est debout, celui qui porte la casquette contre le plus faible. Ils sont pleins de duplicite, ils parlent dans le dos. Mais jamais solidaire des autres. Ce sont des electrons libres et non gragaires. Si on n’est pas gregaire, on ne forme pas une societe. Ils sont cruels et durs envers les femmes et les enfants. Depuis 60 ans, maintenant on n’a pas vu un zorro pour proteger la veuve et l’orphelin. Ils passent devant les sans-logis sans les voir. Boutef est un monstre et il va bien a une societe monstre. Vous le meritez, bon courage a vous.

Laisser un commentaire

*