Pas de trêve entre Israël et Gaza

La situation est toujours très tendue entre les Palestiniens et les Israéliens. Après une brève trêve les combats ont repris ce vendredi 16 novembre.

Alors qu’Israël avait accepté ce vendredi 16 novembre matin, une trêve conditionnelle à la demande de l’Egypte, dont le premier ministre se rendait à  Gaza, elle a finalement refusé accusant le Hamas de ne pas la respecter. Ce matin, Israël a relancé des raids aériens, dans lesquels deux Palestiniens ont été tués dans  le nord de la bande de Gaz.

Condamnations internationales

Le Premier ministre égyptien Hicham Qandil  a affirmé que l’Egypte allait “intensifier ses efforts” pour parvenir à une trêve entre les groupes armés palestiniens et l’Etat hébreu, qualifiant d'”agression” l’opération israélienne.

L’Algérie, de son côté,  a condamné jeudi 15 novembre, “l’agression israélienne” contre la bande de Ghaza et a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités pour mettre un terme à cette escalade dangereuse.

Tout laisse à penser que les combats devraient persister, l’armée israélienne a commencé à mobiliser des réservistes dans le cadre de l’opération militaire “Pilier de défense” contre les groupes armés de Gaza, a indiqué une porte-parole de l’armée israélienne. Jusqu’à présent ces attaques ont causé la mort de 21 Palestiniens, et 235 ont été blessés après de nouveaux raids la nuit  dernière, sur la ville de Gaza. Le tir de roquette a touché 3 Israéliens.

2 comments

Beau reportage, vivant et intéressant !

Vous avez raison de mettre en avant la pratique politique allemande : les ” grandes coalitions ” CDU-SPD montrent la flexibilité et la subtilité du système politique allemand qui permet de ne pas paralyser le pays par des crises politiques lors d’élections aux résultats serrés. Dans ce cas les deux grands partis politiques préfèrent gouverner ensemble que de se battre pour le pouvoir personnel. Les syndicats ont eux aussi une longue tradition de dialogue avec le pouvoir politique et sont un vrai lien entre gouvernement et travailleurs, du moins dans les branches industrielles dans lesquelles ils sont bien implantés.

Mais ce n’est pas tout rose en Allemagne non plus… Entre autres, la population vieillit, le travail précaire touche beaicuop de salariés, la politique familiale est encore trop peu développée pour permettre de conjuguer travail et famille, le pays se radicalise face à l’afflux massif et parfois incontrôlé d’immigrés en provenance du Moyen-Orient.

Laisser un commentaire

*