Le blogueur Tarek Maâmeri condamné à 8 mois de prison avec sursis pour une vidéo sur Youtube

Tarek Maâmeri, un  blogueur de 24 ans avait été arrêté par la police après avoir diffusé une vidéo sur Youtube dans laquelle il invitait à boycotter les élections législatives du 10 mai 2012. Le jeune homme vient d’être condamné par la justice.

Une simple vidéo aura fait bien du tort à Tarek Maâmeri. Après que le procureur ait requis à son encontre, 2 ans de prison ferme, le jeune blogueur a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 50 000 dinars d’amende. Son téléphone portable et son ordinateur ont également été saisis. Il a été condamné à la destruction de biens d’autrui, destruction de documents administratifs, incitation directe à attroupement et outrage à corps constitué», rappelle le quotidien El Watan.

Dans cette vidéo, Tarek Mâameri critiquait les élections législatives et appelait au boycott de celles-ci, on le voyait arracher les panneaux d’affichage de la campagne électorale et brûler sa carte d’électeur. Il avait également critiqué les dirigeants algériens, dont le président Abdelaziz Bouteflika. Son arrestation dans la nuit du 1er mai, avait été vivement critiquée par des militants et défenseurs des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Sur le web, Tarek Maâmeri avait également recueilli de nombreux soutiens, qui l’avaient défendu au nom de la liberté d’expression sur Internet.

gay-flag

Vidéo. Anouar Rahmani, ce blogueur algérien qui brise le tabou sur les minorités sexuelles

Invité sur les ondes de la radio française internationale RFI, Anouar Rahmani un jeune blogueur algérien auteur du blog Journal d’un Algérien hors du commun, revient sur la difficulté de défendre les minorités en Algérie, à imposer le changement et le respect des libertés individuelles en appelant à une véritable citoyenneté en Algérie. Le blogueur […]

Tarek-Mameri3

Cour d’Alger: Procès en appel aujourd’hui du blogueur Tarek Memmeri

Le procès en appel du blogueur Tarek Mammeri devra avoir lieu ce mardi 6 janvier 2014 à la Cour de justice d’Alger. Poursuivi pour les chefs d’inculpation d’ « outrage à un agent de l’ordre public en service », d’ « incitation à attroupement » et de « désobéissance », il avait été reconnu coupable et condamné en première instance […]

Laisser un commentaire

*