Polygamie : comment les Marocains rusent pour avoir une seconde épouse

Certains hommes changent de ville pour produire un certificat de célibat, d’autres enfantent avec la deuxième partenaire pour obliger le juge à mener une action en reconnaissance du mariage.

Bon an mal an, le nombre d’hommes se donnant le droit d’avoir plus d’une épouse au Maroc ne dépasserait pas le millier par an (0,27% de l’ensemble des mariages scellés en 2008; 0,31% des 314.400 actes de mariage conclus en 2009, selon le ministère de la justice).

Nombre insignifiant, pourra-t-on dire, la polygamie n’est pas interdite, mais elle est assortie, depuis le code de la famille entré en vigueur en 2004, de conditions si draconiennes qu’elle devient, en théorie, quasiment impossible.

Mais la réalité sur le terrain dit autre chose, les demandes pour avoir une seconde épouse se comptent par milliers dans les tribunaux, selon Nadia Mouhir, avocate au barreau de Rabat, «et ce ne sont pas uniquement les riches qui la formulent, j’en vois aussi des moins riches, des intellectuels, des cadres de société…»

Seul hic, ajoute-t-elle, «avec la nouvelle procédure instituée par le nouveau code, ils ne l’obtiennent pas facilement».

La procédure: Pour avoir droit à une seconde (ou à une troisième ou quatrième épouse, la loi marocaine ne l’interdit pas), la loi exige de l’époux une autorisation du tribunal, que sa demande soit suffisamment justifiée, que le requérant ait la capacité financière de subvenir aux besoins des deux familles, qu’aucune injustice ne soit à craindre…

Lire la suite sur Slate Afrique

Jaouad Mdidech

IDE1

IDE/ L’Algérie moins attractive que le Maroc 

Les investissements directs étrangers (IDE) en Algérie connaissent un recul considérable. Les causes de cette tendance sont le manque d’attractivité, une économie fragile, l’absence de vision à long terme et une conjoncture sécuritaire régionale désastreuse. Pourtant le Maroc, le voisin de l’Ouest, enregistre des chiffres appréciables en la matière.   Le modèle économique algérien n’est […]

laicité étude

Enquête/ Plus de 40 % des Algériens favorables à la séparation entre le religieux et le politique

La laïcité n’est pas une idée si rejetée que cela en Algérie. Preuve en est, au moins 40, 5 % des Algériens sont “tout à fait d’accord” avec  la séparation entre le religieux et le politique, affirme une enquête d’opinion réalisée par l’agence tunisienne Sigma Conseil, menée en partenariat avec l’Observatoire arabe des religions et des libertés […]

xavier-driencourt-5

Entretien/ Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France à Alger: “Je trouve la situation pas franchement rassurante depuis que j’ai quitté Alger”

Ancien ambassadeur de France à Alger (2008-2012), Xavier Driencourt est aujourd’hui inspecteur général des affaires étrangères au Quai d’Orsay, le ministère des Affaires étrangères français. De son propre aveu, il a conservé un lien étroit avec l’Algérie. Il revient, ici, sur la situation géopolitique dans notre région et aborde sans tabous les complexités des relations franco-algériennes. Xavier Driencourt […]

Laisser un commentaire

*