Algérie : des tours de 25 étages pour parer au manque de terrains

Pour faire face au manque d’assiettes foncières, le ministère de l’Habitat étudie la possibilité d’opter pour de grandes tours d’habitation. Certaines sources du département de Abdelmadjid Tebboune avancent que ces immeubles pourront atteindre 25 étages. Or, actuellement, les immeubles, relevant surtout de l’AADL, ont un maximum de 16 étages.

Cette option est sérieusement envisagée depuis que le problème de la disponibilité du foncier commence à se faire sentir, notamment dans les grandes villes. C’est le cas de la capitale qui ne dispose que de très peu d’assiettes pour réaliser un nombre aussi élevé de logements. D’autant plus que certaines sources avancent que le gouvernement veut tenter de satisfaire toutes les demandes qui répondent aux exigences. Cela passe surtout par la formule de la location-vente.

Le seul problème qui risque d’être posé avec cette formule est celui de la disponibilité des ascenseurs. Car, cette problématique s’est déjà imposée avec les actuels immeubles AADL. Les résidents ont toujours pointé de doigt des soucis de maintenance et des pannes à répétition. Par ailleurs on apprend que le Logement promotionnel aidé (LPA) va être définitivement supprimé. Mais juste après l’achèvement des chantiers en cours.

E. W.

4 comments

le logement, problème social par définition ne manque pas de proposition à répétition. Mais la solution n’a toujours pas été trouvé. Alors qu’il suffit de regarder se qui se fait ailleurs pour avoir un canevas de travail cohérent. aussi il faut voir les expérience déjà réaliser en algerie. Nous pouvons savoir plus ou moins ce qu’il faut changer. Regardant le cas de la location vente ce qui est appelé communément AADL. Programme ambitieux et réussi en terme d’architecture et de qualité de construction, il suffit de généralise se type d’architecture au autre programme, a savoir ascenseurs parking etc. Mais comme toute chose mal étudier et mal géré les incohérence apparessent vite. 12 ans d’attente pour 80 % des demandeurs de ce type de logement, alors que cela devait durer au maximum pour tous les souscripteurs éligible 4 ans. Aujourd’hui le ministre vient de relancer cette formule tant attendu par les souscripteurs, mais d’autre critères viennent assombrir l’espoir des familles qui n’ont pas de logement ou sont mal logés. les rendez vous de mises à jours sont étalé sur plusieurs mois ce qui est illogique, le prix du m² risque d’etre augmenté et surtout le cas filtre.
Le cas filtre est une exigence qui élimine des souscripteurs injustement, immoralement et surtout c’est une caution à la misère. D’après une association inconnu, qui n’a pas de statut, ni de siège social, ni d’assemblé générale, ni de president dûment élu, et qui refuse tout nouveau délégué, seule à etre reçu par le directeur général et même le ministre! nous ont appris que des mal- logés( possèdent un studio, une chambre acheté par ses pauvres moyens est exclus de ce programme alors qu’il attend depuis 12 ans un logement decent. Certains cas sont dans une situation affreuse, un garçon et une fille avec les parent dans une chambre. Ils sont classé comme ceux qui possèdent une villa sur les hauteurs d’Alger. et cette association trouve cela normal parce qu’ils sont les seuls à négocié. un recours improbable est réservé à ses malheureux mal-logés, mais d’après cette association le directeur général les a informé qu’il y a une seul possibilité de prétendre a un logement: c’est de se désiste de sont bien au profits de l’AADL. en résumé quand on est mal-logés ont doit se faire spolie du peut que l’ont possède. Pour moi c’est un scandale que de tenir des propos pareil, et surtout d’exclure des familles entières d’un programme de l’AADL don’t le sigle est spécifie l’amélioration de l’habitat. il faut absolument fixé un seuil au delà de quoi le souscripteur est considéré comme mal-logés. il y a beaucoup d’algériens qui possèdent des villas de grande surfaces mais n’ayant pas d’acte de propriété publié sont considéré comme pas logé du tout. Et ils ont droit d’acquérir un logement AADL.
toute cette explication démontre de l’amateurisme et du manque d’honnêteté intellectuelle des dirigeants.

A-t-on pense un seul instant a tous les problemes sociaux que cette promiscuite sur 25 niveaux va engendre?
Ailleurs,c’est la destruction de ces tours de malheur;erigees en urgences,qui est a l’ordre du jour.En France ,ils en demolissent chaque pour les replacer par des constructions a visage plus humains,aux USA,les nouvelles batisses ne peuvent depasser RDC+ 2 niveaux alors que chez nous,plein d’autosuffisance on ne se donne jamais la peine de jeter un coup d’oeil sur ce qui se fait de mieux ailleurs dans tous les domaines.Pourquoi chercher chaque fois a inventer la roue?Pourquoi vouloir entasser tant de monde sur un espace qui n’en peut plus pour aboutir a des ensembles ingerables sur tous les plans?Dans les pays respectueux de leurs citoyens,un quotient d’occupation des sols est impose et le perimetre urbain n’est pas elastique et ne saurait etre depasse.Chez nous l’absence de l’autorite de l’Etat donne lieu a tous les depassements.Quand une agglomeration est saturee,il faut penser a des villes satellites avec tout le confort necessaire.

Avant de penser à des tours de 25 étages, faites un tour aux tours de 17 étages qui ont souvent l’ascenseur en panne.Les pauvres personnes âgées qui y habitent mettent 17 heures pour monter les 17 étages. Alors 25 étages, leurs occupants mettront 25 heures pour arriver….
On est algériens, et on connait très bien la négligence et le “khali tekhla” des gestionnaires alfouriens..

Laisser un commentaire

*