Algérie : un groupe terroriste tente de s’en prendre à un gazoduc à Bouira

Décidément, les sites gaziers sont devenus la cible privilégiée des groupes terroristes en Algérie. Dimanche soir, à Djebahia, dans la wilaya de Bouira,  un groupe terroriste composé de plusieurs éléments armés ont tenté d’attaquer un gazoduc qui livre du gaz au nord du pays à partir du champ gazier de Hassi R’mel, situé au sud dans la wilaya de Laghouat. Il faut savoir que ce gazoduc relie plus exactement Hassi-R’mel à Cap Djinet, dans la wilaya de Boumerdès. Il alimente en gaz toutes les régions du centre du pays, à savoir Alger, Bouira, Tizi-Ouzou, Béjaïa et Blida. Fort heureusement, les Patriotes, des Groupes de Légitime Défense, mobilisés pour protéger ce site ont repoussé cette attaque qui aurait pu causer un grave préjudice à toutes ces régions névralgiques.

Cependant, on déplore, tout de même, la mort de deux gardiens, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. Un troisième gardien a, malheureusement, succombé, lundi matin, à ses blessures à l’hôpital, nous a confirmé encore une source locale selon laquelle plusieurs blessés sont encore hospitalisés et reçoivent des soins intensifs.

Ces trois gardiens ont été assassinés à la suite de cette attaque menée par des armes lourdes à l’image du mortier artisanal, appelé communément en Algérie Hebheb. Toutefois, malgré cet armement lourd, le groupe terroriste composée d’une trentaine d’hommes n’a pas pu atteindre son objectif qui est de faire exploser ce gazoduc. Les patriotes qui surveillaient ce site se sont vaillamment battus et ont résisté à cette attaque meurtrière. Quelques heures plus tard, l’armée est intervenue au niveau du site et une opération de ratissage a été entamée pour traquer ce groupe terroriste.

5 comments

Après rab-dzair, c’est Rebrab, rab-elkbael par Sami*
1ière partie
Rabrab : une fortune 3,2 milliards bâtie sur la corruption et le trafic des déchets ferreux et non ferreux
Un crime dans son sens large est un manquement très grave à la morale, à la loi et, lorsqu’on bafoue les lois de la République et qu’on lèse le citoyen quant à ses droits et ses intérêts en attentant à l’économie nationale, l’on se rend coupable des pires délits. L’empire Rebrab, dans son essor, n’aura lésiné ni sur les moyens ni sur les méthodes. Le mode opératoire suit une rigoureuse logique dans cette soif d’argent et de pouvoir.
Au départ trois hommes : Issad Rebrab, Chetih Messaoud et Yahia Nazef (alors directeur central de la métallurgie au ministère de l’Industrie) voulaient avoir la main- mise sur tous les produits ferreux. S’entend par ferreux la ferraille destinée au recyclage et à la production du rond à béton et des profilés. Le trio, par la suite, s’agrandira d’une quatrième personne qui n’était autre que le directeur commercial de la société ENICAB, laquelle agissait dans les non ferreux, les déchets de cuivre à l’exportation, l’achat de câbles à l’étranger ainsi que dans la production de câbles etc…suite

Democratie de l autruche que se doit se clamer l etat algerien de bouteflika. Les elections presidentiel dont est issue le president ne sont de 100% pour museler toute allegation faote a son encontre. Il a ete elu qu a la majorite pour ne pas dire impose malgrele peuple a hauteur de 10 million de votant et 11 million restant on le droit de critiquer de hue le prsident surtout quand il souille l honneur de40 million d’Algeriens, quand il humilie tot un peuple devznt les nation.
Le presodent est malade qu il se tepose en paix

Laisser un commentaire

*