La pollution marine “cause de la disparition du poisson de nos côtes”

En Algérie, à cause de la pollution marine, le poisson se fait de plus en plus rare. Des marins pêcheurs tirent la sonnette d’alarme et lancent un véritable cri de détresse. Le président du Comité national des marins pêcheurs, Bellout Hoci, n’ a pas hésité à interpeller à ce sujet les autorités algériennes pour leur demander de protéger les régions côtières et les zones maritimes où sont implantées les entreprises industrielles et celles des hydrocarbures à l’image de Skikda, Annaba, et Arzew à Oran.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi au siège de l’Union des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Bellout Hoci a réclamé également aux autorités de lutter efficacement contre la spéculation qui fait “gonfler” les prix du poisson ces derniers mois. Des prix exorbitants qui font fuir les citoyens à la bourse modeste. Pour le représentant des marins pêcheurs, il est aujourd’hui urgent de procéder à l’installation de brigades permanentes au niveau des pêcheries afin de mieux contrôler les prix du poisson. Il a également proposé la réouverture des poissonneries fermées afin de faciliter la vente directe au consommateur et de réduire les intermédiaires et les spéculateurs. Mais les autorités vont-elles prendre en considération ces propositions ? Pour l’heure, seul l’avenir nous le dira…

5 comments

Après rab-dzair, c’est Rebrab, rab-elkbael par Sami*
1ière partie
Rabrab : une fortune 3,2 milliards bâtie sur la corruption et le trafic des déchets ferreux et non ferreux
Un crime dans son sens large est un manquement très grave à la morale, à la loi et, lorsqu’on bafoue les lois de la République et qu’on lèse le citoyen quant à ses droits et ses intérêts en attentant à l’économie nationale, l’on se rend coupable des pires délits. L’empire Rebrab, dans son essor, n’aura lésiné ni sur les moyens ni sur les méthodes. Le mode opératoire suit une rigoureuse logique dans cette soif d’argent et de pouvoir.
Au départ trois hommes : Issad Rebrab, Chetih Messaoud et Yahia Nazef (alors directeur central de la métallurgie au ministère de l’Industrie) voulaient avoir la main- mise sur tous les produits ferreux. S’entend par ferreux la ferraille destinée au recyclage et à la production du rond à béton et des profilés. Le trio, par la suite, s’agrandira d’une quatrième personne qui n’était autre que le directeur commercial de la société ENICAB, laquelle agissait dans les non ferreux, les déchets de cuivre à l’exportation, l’achat de câbles à l’étranger ainsi que dans la production de câbles etc…suite

Democratie de l autruche que se doit se clamer l etat algerien de bouteflika. Les elections presidentiel dont est issue le president ne sont de 100% pour museler toute allegation faote a son encontre. Il a ete elu qu a la majorite pour ne pas dire impose malgrele peuple a hauteur de 10 million de votant et 11 million restant on le droit de critiquer de hue le prsident surtout quand il souille l honneur de40 million d’Algeriens, quand il humilie tot un peuple devznt les nation.
Le presodent est malade qu il se tepose en paix

Laisser un commentaire

*