Lu sur Oumma

Ce mercredi 23 octobre à 10h30, Rachid Nekkaz remettra son passeport français à l’Elysée au Président Hollande. Ce n’est pas un coup médiatique mais une réalité citoyenne riche en symboles. Le modèle d’intégration française est un échec.

C’est une première en France :  L’ancien candidat à la présidentielle de 2007, Rachid Nekkaz, – qui a été jeté en prison pendant une semaine pour avoir démontré que le système des parrainages présidentiels était corrompu et corruptible en mars 2012 en achetant un parrainage pour Marine Le Pen et qui milite depuis 20 ans pour les droits de l’homme et la liberté d’expression notamment en France, en Europe (défense de la liberté de porter le Niqab qui lui a coûte 2 contrôles fiscaux internationaux, défense des Roms), en Chine (défense des Ouïgours et des Tibétains), au Nigeria (liberation de la famille française retenue en otages) et au Soudan (défense d’une femme refusant de porter le voile), n’est plus officiellement français.

Il avait formulé son désir de ne plus être Français au Président Hollande le 14 juillet dernier. Ce mercredi 23 octobre, il remettra son passeport français aux autorités françaises.

Par la même occasion, il se verra remettre le document du journal officiel rendant définitive la déchéance de sa nationalité française à la préfecture de Créteil à 11h30. À l’image d’Albert Camus,  » entre sa patrie et sa mère  » Rachid Nekkaz a choisi sa mère car au bout de 41 ans, la France a réussi l’exploit de faire de lui… un Etranger.

Dorénavant, c’est en Algérie que Rachid Nekkaz entend poursuivre son combat contre les injustices et pour la liberté en devenant candidat de la jeunesse et du changement aux élections présidentielles algériennes d’avril 2014.

Il avait formulé son désir de ne plus être Français au Président Hollande le 14 juillet dernier. Ce mercredi 23 octobre, il remettra son passeport français aux autorités françaises.

Par la même occasion, il se verra remettre le document du journal officiel rendant définitive la déchéance de sa nationalité française à la préfecture de Créteil à 11h30. À l’image d’Albert Camus,  » entre sa patrie et sa mère  » Rachid Nekkaz a choisi sa mère car au bout de 41 ans, la France a réussi l’exploit de faire de lui… un Etranger.

Dorénavant, c’est en Algérie que Rachid Nekkaz entend poursuivre son combat contre les injustices et pour la liberté en devenant candidat de la jeunesse et du changement aux élections présidentielles algériennes d’avril 2014.

Comments

loading...
;

Newsletter

;

Recevez chaque jour l'essentiel de l'actualité avec la newsletter d'Algerie Focus

;

;