Pour Rafik Khalifa, c’est la fin de l’exil doré. Le Royaume-Uni a décidé d’extrader l’ex-magnat algérien d’ici à la fin de l’année vers l’Algérie après avoir épuisé tous ses recours au niveau de la justice britannique. 

C’est le ministère britannique de l’Intérieur qui a annoncé lundi soir cette nouvelle. “M. Khalifa s’est vu refuser d’interjeter appel devant la cour Suprême le 3 décembre. Il va être extradé dans les 28 jours suivant cette date”, explique un communiqué du Home Office repris et diffusé par l’AFP. L’agence de presse française cite également la procureure-adjointe du tribunal correctionnel de Nanterre (région parisienne), Marie-Christine Daubigney selon laquelle “Tous les recours de Rafik Khalifa pour empêcher son extradition vers l’Algérie ont été rejetés” par les autorités britanniques.

Pour rappel, Rafik Khalifa est poursuivi par la justice en France et en Algérie pour banqueroute et détournements de fonds. En Algérie, Khalifa, qualifié de “Golden Boy”, a déjà été condamné par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité en 2007 pour association de malfaiteurs et faillite frauduleuse. Le procès en appel, qui devait débuter le 2 avril 2013 à Blida, a été, quant à lui, reporté à une date ultérieure en raison de l’absence d’accusés.