« Beaucoup de choses se disent sur le mouvement Barakat. Chacun y va de son analyse : pro-Benflis pro-DRS, et d’autres déclinaisons. Nous ne sommes pro personne. La seule chose qui nous a réuni : c’est le non au quatrième mandat et le système qui le porte ». C’est avec ces termes que des membres de ce mouvement contestataire ont tenu à démentir les rumeurs colportées  sur les réseaux sociaux et dans les colonnes de certains quotidiens nationaux.

Posté sur Facebook par le journaliste Ali Tazerout et le blogueur  Sid Ali Kouidri Filali, tous les deux membres du Mouvement « Barakat! », un message explique clairement que le Mouvement « Barakt! » n’est affilié à aucun mouvement politique. Il n’a aussi aucune relation, quelque soit sa nature, avec des agents du DRS, les services secrets algériens, qui seraient hostiles au 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika.  « Le mouvement est né suite a une convergence de positions et d’appels très restreints. Après le sit-in de samedi et la réussite, on a décidé de créer le mouvement pour canaliser toutes ces voix qui œuvrent comme nous pour la même cause », ont-ils ajouté. Ces deux militants ont assuré également que leur mouvement compte des Algériens « de toutes les mouvances ».

« Le mouvement n’a pas de hiérarchie ni de leader, les responsabilités sont partagées et le directoire qu’on a actuellement est provisoire et composé de sept personnes afin de mettre sur pieds les fondements du mouvement », ont-ils encore confié en assurant que les défaillances apparues récemment sont « tout à fait normale » et s’expliquent par la tâche « aussi énorme partagée entre de simples citoyens sans moyens ni logistique ».