Après les sorties médiatiques des Généraux Benhadid et Mohand-Tahar Yala, c’est autour du mystérieux Général Antar de s’exprimer sur la situation politique du moment. Le retraité est revenu, dans une déclaration au journal arabophone Echorouk, sur l’appel lancé par Mouloud Hamrouche aux généraux Toufik et Gaïd Salah.

Pour l’ancien directeur général de l’hôpital Ain-Naadja, c’est aux deux principaux responsables de l’armée de « prendre leur responsabilité » car « Bouteflika est malade ». « Nous savons tous que le président Bouteflika est malade (…) mais nous savons tous qu’un AVC ne pardonne pas et laisse des séquelles physiques et psychologiques indélébiles. Une année après sa maladie, le président Bouteflika n’a pas encore retrouvé ses forces », a notamment déclaré le Général à la retraite. L’homme a ajouté que les dernières images du chef de l’Etat prouvent que « Bouteflika est gravement malade ». Pis, l’homme met en doute les certificats médicaux qui ont été délivrés au chef de l’Etat pour déposer son, dossier de candidature au Conseil constitutionnel. 

Le Général Antar met en cause Mourad Medelci. Pour le retraité de  l’Armée, le président du Conseil constitutionnel aurait dû rejeter cette candidature jugée « anticonstitutionnelle ». « La situation en Algérie est extrêmement dangereuse », a-t-il ajouté. « C’est pour cette raison que l’armée ne doit pas aider un clan mu par des intérêts personnels, car l’Algérie doit être au dessus de tout. Et en l’absence d’une vraie opposition, il n’y a que l’armée qui peut s’apposer à ce clan », a-t-il encore indiqué. Le Général Antar était ancien directeur de l’Hôpital central de l’armée de Ain Naadja, à Alger.

Essaïd Wakli

Présidentielle. Le Général Antar : « l’Armée ne doit pas laisser faire »
Notez cet article