El Karadaoui fait encore parler de lui. Le très controversé cheikh égyptien, réfugié au Qatar, est en disgrâce. Il est rejeté par tous les pays arabes qui le considèrent comme un religieux extrémiste.

Intermédiaire dans le conflit qui mine certains pays du Golfe, l’Algérie se voit proposer d’accueillir le mufti, à l’origine notamment de fatwas très commentées dans le monde arabe.

Lâché par le Qatar, qui ne veut plus de lui car soupçonné de nuire aux relations entre les pays du Conseil de la Coopération du Golfe, Youssef El Karadaoui a été signalé dans un premier temps à Tunis. Mais ils semble que les autorités qataries auraient proposé à l’Algérie de l’accueillir. Lundi, le quotidien arabophone El-Khabar a révélé que les autorités algériennes auraient donné un accord de principe pour accueillir El Karadaoui, à la seule condition que l’homme de religion ne fasse plus de politique.

En plus de se mêler des relations entre les pays arabes, Youssef El Karadaoui a suscité de nombreuses polémiques. Il a notamment appelé au djihad en Egypte après la mise en détention du chef de l’Etat, l’islamiste Mohamed Morsi en juillet de l’année passée. Il avait également appelé à tuer les soldats syriens qui sont encore fidèles aux autorités syriennes en place à Damas. El Karadaoui était marié, en secondes noces, à une Algérienne, Asma Benkada, aujourd’hui députée du FLN. Le couple a divorcé récemment.

Essaïd Wakli

L’Algérie va-t-elle accorder l’asile politique politique à Youssef El Karadaoui ?
Notez cet article