Les émigrés algériens sont de plus en plus nombreux. En 1990, ils étaient environ 930 000 Algériens, nés au pays, à avoir quitté le sol national. 23 ans après, plus de 1 770 000 Algériens sont installés à l’étranger. Et ce chiffre connaît une accélération ces dernières années. 

Le flux migratoire algérien croît sensiblement depuis 1990, révèle la récente étude sur les mouvements d’émigration du think thank américain Pew Research Center. Près de deux millions d’Algériens ont quitté le pays pour s’installer à l’étranger depuis 1990.

Et cette tendance va en s’accélérant. Durant les années 2000, ils étaient ainsi plus de 630 000 à avoir mis le cap sur l’étranger. Entre 2010 et 2013, 60 000 Algériens ont émigré, précise le document du pew Research Center.

82% de la diaspora algérienne en France

La première destination des Algériens est la France qui compte, en 2013, 1 460 000 Algériens installés. Cela représente près de 82% de la diaspora algérienne. L’Espagne figure comme la deuxième patrie favorite des Algériens. 60 000 ressortissants algériens y vivent. L’Espagne est immédiatement suivie par la Palestine où 50 000 citoyens nés en Algérie y ont élu domicile.

Le Canada est une autre terre d’immigration convoitée par les Algériens. Ainsi, 40 000 émigrés algériens ont choisi de s’y établir. Viennent ensuite les pays comptant une communauté de 20 000 Algériens :  l’Italie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Maroc. Enfin, l’Allemagne et la Tunisie clôturent cette liste des pays. 10 000 Algériens ont fait le choix d’y poser leurs valises. Le reste est réparti entre la Belgique, l’Egypte ou la Norvège. D’autres se trouvent dans des pays lointains comme Tadjikistan, la Russie ou les îles Salomon.

Essaïd Wakli