La réunion interministérielle de mardi, consacrée au «développement dans les Hauts Plateaux et le Sud du pays», a laissé les observateurs pantois. Alors que tous les ministres concernés étaient conviés à la table présidentielle, une figure importante manquait à l’appel : Tayeb Belaïz, ministre de l’intérieur, était absent de la réunion.

En l’absence de communiqué officiel, les spéculations vont bon train. Certains évoquent un grave différent entre Tayeb Belaïz et Abdelaziz Bouteflika, tandis que d’autres justifient cette absence par la maladie du ministre de l’Intérieur.

Depuis quelques jours, en effet, le ministre de l’Intérieur est terré chez lui, à Alger. La raison de cette colère est apparemment le fait que le ministre de l’intérieur n’aurait pas apprécié l’envoi, par la présidence de la République, du Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) pour prendre langue avec les représentants de la population d’In Salah, qui proteste depuis plusieurs semaines contre l’exploitation du gaz de schiste.

Mais au-delà des différends qui peuvent exister entre les responsables du gouvernement, l’absence du ministre de l’intérieur, premier concerné par les problèmes des collectivités locales, pose d’énormes problèmes. Une donne qui accélère l’hypothèse de voir Tayeb Belaïz  quitter l’actuel gouvernement. Surtout que des indiscrétions évoquent une demande de démission du ministre de l’intérieur. Mais pour l’heure, il ne s’agit que de spéculations.

E. Wakli