L’ouverture d’une « information judiciaire » contre Saïd Sadi fait réagir. Le célèbre avocat et infatigable militant des droits de l’Homme, Abdenour Ali Yahia, a lancé une « pétition en faveur de la liberté d’expression ».

« Le parquet d’Alger vient de s’autosaisir en ouvrant une information judiciaire suite aux propos tenus par Said Sadi dans une série de conférences publiques. Ces propos, concernant des anciens dirigeants du mouvement national, ont été rapportés, depuis longtemps et à plusieurs reprises, par d’autres personnalités dont certaines étaient ou sont en charge de fonctions officielles », lit-on dans le document. En avocat chevronné, M. Ali Yahia relève dans son texte que « la célérité de cette procédure contraste avec la lenteur voir l’abandon de dossiers où la souveraineté politique et économique du pays est directement impactée. »

Dans le texte rédigé en français, en arabe et en tamazight, les signataires « dénoncent cette instrumentalisation de la justice et assurent de leur solidarité tous les citoyens cherchant ou œuvrant à la manifestation de la vérité historique ». « C’est à ce titre, poursuit-on, que l’Algérie, se réappropriant son Histoire avec ses glorieuses épopées, ses erreurs et ses fautes, pourra se rassembler et se construire dans un pays démocratique et social. »

Quelques dizaines de minutes seulement après sa mise en ligne, le document a recueilli près de 150 signatures. En plus de Abdenour Ali-Yahia, Mohcine Belababs, président du RCD et Meziane Meriane, secrétaire général du Snapest (Syndicat national des professeurs de l’Enseignement secondaire et technique), des journalistes, intellectuels et autres citoyens anonymes ont déjà apposé leur signature.

En réaction à l’annonce des poursuites engagées à son encontre, Saïd Sadi a déclaré qu’il « assume » ses déclarations sur Messali El-Hadj.

Essaïd Wakli

Poursuites judiciaires contre Saïd Sadi: Ali Yahia Abdennour lance une « pétition en faveur de la liberté d’expression »
Notez cet article