Le ministre de la Pêche et de de l’aquaculture, Sid Ahmed Ferroukhi, a déclaré ce jeudi matin, sur la chaine III, que la cherté de la sardine est due à la baisse des ressources marines.

M.Ferroukhi, qui était l’hôte de l’émission «L’invité de la rédaction», explique la flambée des prix de la sardine et du poisson par la baisse des ressources halieutiques, qui n’est pas, selon lui, propre à l’Algérie, mais à tous les pays du pourtour méditerranéen. Le ministre de la Pêche indique que l’objectif de son secteur est d’augmenter la production nationale, estimée actuellement à 120 000 tonnes/an, pour atteindre 200 000 tonnes par an, d’ici cinq ans. Pour combler le déficit en la matière, l’Algérie importe 30 000 à 35 000 tonnes de poissons congelés par an.

Afin de développer la production nationale et combler ce déficit, M.Ferroukhi compte sur l’apport de l’aquaculture. Pour ce faire, plusieurs fermes d’aquacultures sont déjà implantées dans différentes wilayas. Elles font dans l’élevage d’un grand nombre d’espèces marines et d’eau douce. La production nationale actuelle dans ce créneau est estimée par le ministre entre 5 000 à 6 000 tonne par an.

Le développement de l’aquaculture vise à se substituer à l’importation de poissons congelés, et sera, dans cinq ans, égale à la production de la pêche de poissons sauvages, dit-il. A cet effet, le ministre annonce avoir mobilisé 600 projets dans ce sens et parmi eux, 74 sont en train de prendre forme.

 Arezki Ibersiene

Ministre de la pêche : « La sardine est chère parce qu’elle devient rare »
Notez cet article