C’est en plein débat sur la révision de la constitution que les autorités de plusieurs wilayas sensibles ont décidé d’organiser des opérations de relogement des habitants de bidonvilles. C’est le cas de la capitale, d’Oran et de Constantine.

A Alger, plus de 1000 familles, habitant le quartier de Ain El Malha, à Aïn-Nadja, l’un des derniers grands bidonvilles d’Alger, sont affectés vers de nouveaux appartements à Dergana, dans l’Est de la capitale. Ces familles, venues de plusieurs wilayas du pays durant les années 1990, occupent le lit d’un oued depuis plusieurs années. Autour du quartier se trouvent des cités d’habitations et un marché de fruits et légumes. Des phénomènes sociaux, comme la vente de drogues et le vol, y ont prospéré, rendant la vie des riverains intenable.

A Oran, ce sont des familles d’un vieux quartier de la ville qui vont également occuper de nouveaux logements et quitter définitivement la précarité.

A l’Est, la ville de Constantine connaît une grande opération de relogement. Quelques 700 familles, habitant au quartier Souika, vont être relogées dans de nouveaux appartements construits dans d’autres endroits de la ville.

Ces opérations de relogements interviennent à un moment particulier marqué par l’adoption de nouvelles dispositions constitutionnelles qui se veulent une manœuvre du régime pour se maintenir et empêcher toute forme de changement. Elles constituent également une manière pour les autorités de créer de nouveaux centres d’intérêt tendant à éluder la hausse des prix de certains produits alimentaires.

L’autre question que se posent les observateurs est celle de savoir pourquoi est-ce que les autorités organisent des opérations de relogement en pleine année scolaire, chose qui pénalisera certainement les enfants scolarisés qui se retrouvent parfois à des dizaines de kilomètres de leurs écoles.

De plus, un autre problème commencera pour les dizaines de familles qui n’ont pas bénéficié de relogement pour différentes raisons. Vont-elles se retrouver à la rue ?

Essaïd Wakli

Relogement/ Des opérations aux allures de diversion
Notez cet article