L’Allemagne veut en finir avec les “harraga” maghrébins. Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, effectuera cette semaine une visite qui le conduira aux trois pays du Maghreb. Au Maroc d’abord dès aujourd’hui, puis en Algérie et en Tunisie ensuite, afin de discuter avec les responsables de ces trois pays sur les mesures à prendre pour une expulsion «plus rapide et efficiente» vers leurs pays d’origine des migrants maghrébins se trouvant en Allemagne.

«L’objectif de ce voyage est d’améliorer la coopération pour la reconduite des ressortissants des pays du Maghreb qui doivent quitter l’Allemagne», a encore indiqué celui-ci dans un entretien accordé à l’agence française AFP. Le Ministre allemand a indiqué que quand des demandeurs d’asile sont déboutés, ils doivent être reconduits aux frontières. Or, dans la plupart des cas, ils n’ont plus leurs papiers, ce qui pousse les autorités des trois pays maghrébins à refuser de les recevoir, en l’absence d’une confirmation de leur identité. L’Allemagne plaide, pour sa part, pour l’utilisation des moyens technologiques d’identification afin de réussir à les expulser.

A noter, en outre, que les autorités allemandes certifient que l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, sont des pays «surs». Donc, leurs concitoyens n’auront plus droit de demander l’asile en Allemagne. Thomas de Maizière estime qu’un pays est sur lorsqu’il «il n’y a ni persécution, ni condamnation ou traitement inhumains (…). Le   Maroc, l’Algérie et la Tunisie remplissent ces conditions».

Elyas Nour