Après des décennies d’ostracisme/ Un représentant du régime dans la maison de Taous Amrouche

Les autorités algériennes veulent donner l’impression de réhabiliter les défenseurs les plus emblématiques de la culture amazighe, ceux-là même qui ont longtemps fait l’objet d’indifférence et d’exclusion. Ainsi, ce mardi 15 mars, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a visité la maison de Taous Amrouche, située à Ighil Ali, dans la wilaya de Béjaïa. C’est une première. Un geste symbolique après des décennies de déni. 

Longtemps proscrite par le régime politique,  Taous Amrouche n’a jamais été considérée à sa juste valeur, en dépit de son éminente contribution à la préservation de la culture amazighe. Taous Amrouche a interprété des chants traditionnels berbères ancestraux. Elle a participé également à la fondation de l’Académie berbère de Paris en 1966. Ses engagements en faveur de la culture et identité amazighes lui ont valu de nombreux ennuis politiques. Preuve en est, Taous Amrouche a été empêchée de participer au Festival culturel panafricain en 1969 car ayant posé en termes clairs le problème de l’amazighité.

La visite d’Azzedine Mihoubi permettra-t-elle de réparer le tort commis à l’égard de cette immense figure de la culture algérienne ? L’avenir nous le dira…

Les photos ont été diffusées sur les réseaux sociaux par notre confrère Djamila Alilat

Mihoubi Ighil Ali 2

Mihoubi Ighil Ali

Comments

comments