L’Etat a déboursé plus de 900 milliards de centimes entre 2011 et 2015 pour subventionner les prix de l’huile et du sucre. Et ce n’est pas Cévital, le conglomérat d’Issaad Rebrab, montré à l’époque comme l’instigateur indirect des émeutes de janvier 2011, en augmentant les prix de ses produits, qui en est bénéficiaire.

Ceux qui en ont singulièrement profité, ceux sont les trois entreprises soutenues par certains cercles pour «casser» le monopole de Cévital. Il s’agit «principalement» de Afia International, du groupe saoudien Savola, de Cogral, qui fabrique l’huile Safia, rachetée en 2005 par Kouninef et de COGB La Belle de Dahmani.

Selon un rapport de conjoncture du secteur du commerce pour l’année 2015, «ce montant a couvert la compensation des prix de l’huile brute de soja à raison de deux milliards de DA en 2011, de 3,2 milliards de DA en 2012, de 2,6 milliards de DA en 2013, de 999 millions de DA en 2014 et de 440 millions de DA en 2015». A noter que les autorités avaient, en 2011, pris la décision de plafonner les prix de l’huile à 600 dinars le bidon de 5 litres, et du sucre à 90 dinars le kilogramme. «Une compensation est allouée, depuis, sur le budget de l’Etat aux opérateurs pour la prise en charge de la hausse des prix du sucre roux et de l’huile brute de soja en vue de garantir le maintien des prix plafonds», précise-t-on de même source.

Parallèlement à ces décisions, les autorités avaient encouragé la mise sur pied de raffineries d’huile et de sucre.

Elyas Nour

Subvention des prix de l’huile et du sucre/ Afia, Cogral et La Belle grands bénéficiaires
Notez cet article