L’Algérie va recourir à la compétence étrangère pour régler le problème de la circulation routière dans les principaux axes routiers de la capitale.

A cet effet, une société algéro-espagnole va être créer prochainement pour décongestionner les routes algéroises. C’est le ministre des Travaux Publics et des transports, Boudjemaa Talai qui l’a annoncé, mardi, lors du forum du journal «Echaâb». La société en question devra être opérationnelle d’ici un mois, a-t-il précisé.

«La future société sera chargée de gérer un nouveau système de régulation de la circulation routière par la signalisation avec une commande centralisée qui régule les flux de circulation d’une manière automatique», a-t-il déclaré. Un système informatisée et automatisé utilisé dans plusieurs pays européens qui réglera normalement le problème des embouteillages à Alger devenu un souci majeur pour les autorités locales. Il y a plusieurs mois, le même département ministériel avait décidé de recourir à un appel d’offres pour s’offrir les services d’une société étrangère pour régler ce problème. Mais la procédure n’a pas abouti. Finalement, le gouvernement a préféré aller vers un partenariat avec une entreprise étrangère. Une démarche qui fera gagner à l’Algérie aussi un transfert de technologie. Il faut noter que cette nouvelle société s’occupera, dans un premier temps, par l’installation de ce système dans la capitale avant de s’occuper des quelques autres grandes villes du pays, comme Oran et Constantine.

Elyas Nour