Amar Brahmia, chef de mission de la délégation algérienne aux JO de Rio, a répondu aux graves accusations de Makhloufi. Lors d’un entretien téléphonique avec Algérie-Focus, Amar Brahmia a dénoncé des « informations mensongères » colportées par des « athlètes » influencés par « deux personnes » qui sèment la « zizanie », explique-t-il à Algérie-Focus.com. 

« Nos athlètes n’ont manqué de rien », indique-t-il encore en faisant savoir que « nous n’avons enregistré aucune plainte de la part de nos sportifs. Tout ce qui a été rapporté par les médias n’est que pur mensonge », affirme sans aucun faux-fuyant Amar Brahmia qui répond point par point aux accusations de Makhloufi.

« Je n’ai aucun problème personnel avec Makhloufi. J’ai répondu favorablement à tout ce qu’il a demandé. Les athlètes n’ont pas manqué de masseurs. Nous avons au moins 6 masseurs dans notre délégation sans compter les deux masseurs mis à la disposition de Toufik Makhloufi », raconte Amar Brahmia. Ce dernier a encore démenti l’information selon laquelle le second entraîneur de Bourraâda se retrouve bloqué à Rio. « C’est faux ! Nous n’avons jamais refusé un billet d’avion à Mohamed Hocine, le second entraîneur du décathlonien Larbi Bouraâda. Il a pris le plus normalement possible le vol spécial de la compagnie nationale Air Algérie vers Alger », annonce Amar Brahmia qui dénonce une cabale médiatique lancée contre sa personne.

« Les Algériens me connaissent et savent que je suis honnête. Je défie quiconque d’apporter la preuve démontrant que les moyens de la délégation olympique aient été détournés par des responsables », déclare-t-il sur un ton serein en accusant les auteurs de ces accusations qu’il qualifie « d’infondées » de « ternir l’image du pays à l’étranger ». « Je dispose d’un staff complet et le ministre des Sports ainsi que le Premier ministre m’appellent chaque jour pour me rassurer et me demander de ne pas répondre aux accusations », confie Amar Brahmia dans son entretien accordé à Algérie-Focus.

Le chef de mission de la délégation algérienne aux JO de Rio a réagi également aux propos du coureur Salim Keddar selon lequel c’est Toufik Makhloufi qui lui a payé le billet d’avion pour se déplacer jusqu’au Brésil. « Nous n’avons jamais refusé une prise en charge à un athlète. La marathonienne Souad Ait Salem a demandé un billet spécial et nous lui avons donné notre accord. Elle a juste introduit une demande en bonne et due forme au niveau du comité olympique », nous apprend notre interlocuteur qui balaie d’un revers de la main les informations rapportées par certains médias.

Concernant enfin le budget alloué à la délégation olympique algérienne, Amar Brahmia a jugé qu’il était « plus que suffisant ». « Nous avons disposé de 31 milliards de centimes, soit plus de 3 millions de dollars. Tout a été bien géré et dépensé sous le contrôle strict du comité olympique. Il n’y a aucun denier public qui a été détourné. Le séjour des athlètes, les voitures, le matériel protocolaire et tout le reste a été financé par notre budget. Je vous le répète : nos athlètes n’ont manqué de rien », conclut en dernier lieu le chef de mission de la délégation algérienne aux JO de Rio.

Exclusif. Amar Brahmia répond aux accusations de Makhloufi/ »Nos athlètes n’ont manqué de rien »
Notez cet article