Après l’équipe nationale, c’est la JS Kabylie qui vient de connaître une «révolte» interne des joueurs contre leur coach. Et ces derniers ont eu le dernier mot.

Le vice-président du club, Malik Azlef, a annoncé aujourd’hui que l’entraîneur, Kamel Mouassa, n’est plus à la tête de la barre technique des Canaris. Les deux parties se sont séparées «à l’amiable», comme l’a précisé le responsable du club de Tizi Ouzou.

Cela s’est produit moins de 48 heures après que les joueurs se sont plaints à leur président de leur entraîneur. Dans un premier temps, le premier responsable de la JSK, Mohand Chérif Hannachi, a prévu une réunion entre joueurs et entraîneur demain mardi. Finalement, le technicien est parti avant même sa rencontre avec ses éléments.

Il faut dire que le club entame mal l’actuelle saison. Arrivé au milieu de l’exercice, le coach a réussi à redresser la barre puisque l’équipe a terminé la saison sur le podium. Mais actuellement le club n’a remporté qu’une victoire après huit journées. La JSK a enregistré, samedi dernier, son 4e nul au autant de match à domicile. C’est ce qui a provoqué le départ de Mouassa qui est à son quatrième passage à la JSK après ceux de 1997, en compagnie de Djafer Ait Mouloud, 2001 et 2004, avec Moussa Saïb.

La JSK n’est pas le seul club qui se retrouve sans entraîneur quelques journées seulement après le début du championnat. Le français Alain Michel a également claqué la porte du CR Belouizdad, alors que son compatriote, Jean Michel Cavalli (USM Alger), a décidé également de partir.

Elyas Nour

JSK/ Départ de l’entraîneur Kamel Mouassa
Notez cet article