Le SG par intérim du FLN, Djamel Ould Abbes, a réagi, hier, en marge d’une rencontre avec les membres de l’Association des anciens condamnés à mort, aux récentes émeutes qui ont secoué l’Algérie. Il brandit, à son tour, la fameuse main étrangère.    

Tout comme Abdelmadjid Tebboune, le SG du FLN a réagi bien tardivement pour commenter les émeutes ayant secoué l’Algérie les 2 et 3 janvier dernier. Brandissant encore et toujours la fameuse main étrangère, M. Ould Abbes a tenté, à son tour, de convaincre que l’Algérie était dans le viseur de puissances étrangères.

Selon M. Ould Abbes, la stabilité de l’Algérie, qui «est sortie indemne de la crise économique qui frappe plusieurs pays dans le monde, est l’objet de tentatives de déstabilisation. Et ce qui s’est passé à Béjaïa est l’expression même de cette main étrangère qui a manipulé les jeunes de la région».

Il faut croire que ces émeutes constituent une aubaine pour un régime qui accumule des échecs cuisants en matière de gouvernance. La multiplication des scandales de corruption ont rendu le régime tellement impopulaire qu’il n’a plus d’autre alternative que d’exploiter le traumatisme engendré par le “printemps arabe” dans la population pour se maintenir.

M. M.