L’affaire  du détenu Kamel-Eddine Fekhar a été renvoyée, mardi, devant le tribunal criminel. Son avocat, Me Salah Dabouz, estime qu’il peut y avoir «une requalification des faits».

L’affaire  du détenu Kamel-Eddine Fekhar a été renvoyée devant le tribunal criminel par le tribunal de première instance de Ghardaïa en présence d’un collectif d’avocats composé, notamment, de Me Dabouz, Me Bouchachi, Me Ahmine, Me Abtout, Me Oubekka et Me Mellah.

Me Debouz a indiqué qu’une «requalification des faits» peut avoir lieu, ce qui est susceptible de donner lieu à des verdicts différents dans une même affaire.

Accusé d’incitation à la violence et la haine, d’atteinte à la sûreté de l’État et d’attroupement armé et non armé, le Dr Fekhar, a été mis sous les verrous en compagnie d’une trentaine de ses partisans en 2015. M. Fekhar, ainsi que 11 d’entre eux, ont entamé une grève de la faim début janvier 2017. Les grévistes sont toujours décidés à conduire leur action jusqu’à leur libération et la satisfaction de leurs revendications.

Massi M.