Le sort de Mohamed-Abdou Bouderbala n’est toujours pas scellé. Le PDG d’Air Algérie, pourtant annoncé comme congédié de la tête de la compagnie, restera en poste. La raison ? Le ministre des Transports et des Travaux publics, Boudjema Talaï, qui a lancé une salve de critiques contre lui, n’a pas encore trouvé l’oiseau rare.

Prévue pour mardi, la réunion du Conseil d’administration qui devait trancher sur le sort du PDG d’Air Algérie, est reportée sine die. Il est possible que cette réunion se tienne ce mercredi. Mais jusque-là, rien n’indique, au niveau de la direction de la compagnie, que Bouderbala sera remplacé dans l’immédiat même si son sort est déjà scellé.

A peine nommé ministre des Transports en 2015, Boudjema Talaï avait déjà critiqué la gestion de la compagnie. Il s’était plaint des effectifs pléthoriques et surtout, de l’anarchie qui y régnait. Deux ans après, rien n’a vraiment changé en dehors d’une opération de filialisation.

Certains cadres d’Air Algérie font par ailleurs le lien entre ces sorties du ministre et ses ambitions électorales. Talaï veut se porter candidat du FLN aux élections législatives de mai prochain. Il sera très probablement tête de liste à Annaba, sa wilaya d’origine.

Essaïd Wakli