Algérie-Focus s’est intéressé aux à l’utilisation des nouvelles technologies employées en France dans cette période d’élections, qui aident les citoyens à s’intéresser à la politique et que les franco-algériens pourraient utiliser en vue des prochaines élections présidentielles et  législatives. Un robot d’information politique à destination des jeunes construit autour de Facebook Messenger a retenu notre attention : MonBulletin.

Lancé au début du mois d’avril, celui revendique déjà plusieurs dizaines de milliers de vidéos visionnées.

À la veille du premier tour de la Présidentielle 2017, nombreux sont les indécis, et surtout les jeunes. Selon une étude menée par l’IFOP, seulement 52% des 18-24 ans déclarent qu’ils voteront. Un problème auquel MonBulletin compte remédier, en informant les millennials de manière ludique mais riche et objective sur la politique grâce à son chatbot Messenger et sa plateforme web.

Lancé le 4 avril dernier par Guillaume Bon, Florian Cleyet-Merle et Cyril Allard, celui-ci retrace et guide ainsi le citoyen à l’intérieur des programmes des candidats à la Présidentielle. L’information n’est pas relayée sous une forme classique car elle est pensée pour toucher directement les Millennials, avec au programme quizz, gifs et contenus courts.

Un test pour choisir son candidat a, entre autres, été élaboré par les trois fondateurs. Il ne dit pas pour qui voter mais aide ses utilisateurs à connaître les idées qu’ils partagent avec les principaux candidats. Le test propose à chacun de répondre à plusieurs questions précises sur les thèmes politiques comme l’environnement, l’économie, la société, l’éducation et bien d’autres. Selon les réponses données, MonBulletin attribue une note à chaque candidat permettant de savoir de qui le citoyen se rapproche le plus par rapport à chaque grand thème.

Et si le chatbot permet de retrouver l’information rapidement, et ainsi suivre l’actualité de manière courte et simple, le site web mis en place par MonBulletin offre quant à lui la possibilité d’approfondir les thèmes des programmes des candidats. Guillaume Bon souligne que “cette campagne peine à entrer sur le fond des programmes”, à cause des “affaires”, très médiatisées, de certains candidats. L’objectif de MonBulletin est alors de faciliter la lecture de manière ludique pour comprendre et s’intéresser vraiment aux programmes et aux principales idées, sans en faire une tâche fastidieuse.

L’ambition de la startup ne s’arrêtera pas après l’élection présidentielle. Elle souhaite continuer à informer la génération “mobile native” à propos de la politique mais aussi connecter les élus avec les citoyens grâce aux messageries instantanées.

A quand une idée similaire dans notre paysage Algérien ?