Après un bras de fer qui aura duré des semaines avec ses abonnés et l’Association de protection et orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE), Algérie-Télécom (AT) fait machine arrière en restaurant l’offre « illimitée » de sa 4G LTE sur les forfaits de 1000 DA et 2000 DA, supprimée sans préavis mi-mai dernier.

Les abonnés d’AT, à travers le hashtag «manchargich» (Je ne recharge pas), et l’APOCE ont fait plier l’opérateur public, le contraignant à restaurer son ancienne offre «illimitée» donnant la possibilité aux abonnés de bénéficier du bas-débit (512 Kbts) à l’épuisement du forfait de 1 Gbts, avant la fin du mois, rapportent diverses sources.

AT est ainsi revenue à son ancienne offre hier soir. L’opérateur public, qui a enregistré des pertes considérables depuis le commencement de la campagne de boycott de ses produits, a décidé de reculer pour éviter les retombées néfastes d’un procès dont la procédure a été engagée hier dimanche par l’APOCE.

Rappelons qu’après la suppression de l’offre en question, AT en a fait la promotion d’une autre, illimitée, qui ne concerne que les forfaits 3500 DA par mois. Cette mesure a suscité la colère des abonnés, notamment des régions enclavées, ne disposant pas de l’ADSL. Le boycott massif des produits d’AT a provoqué des pertes importantes d’autant plus qu’une multitude de pirates en herbe avaient proposé de flasher les modems d’AT gratuitement, donnant la possibilité aux utilisateurs de migrer à leur gré, d’un opérateur à un autre.

Toutes nos tentatives d’obtenir confirmation auprès d’AT se sont avérées vaines.

Massi M.