C’est le grand ménage au ministère de l’Industrie. Deux semaines après sa désignation comme patron de ce département, Mahdjoub Bedda a déjà limogé cinq cadres supérieurs. Cela ressemble à s’y méprendre à une opération de « débouchouarebisation ».

Il s’agit du directeur général des mines, du directeur général et du directeur du secteur public marchand, de l’inspectrice générale du ministère de l’Industrie et des mines ainsi que d’un autre directeur général au niveau du même ministère. Comme dans pareilles situations, les raisons de ces limogeages ne sont pas rendues publiques. Mais l’intention d’effacer l’héritage d’Abdesselam Bouchouareb est manifeste.

Selon une source ayant récemment rencontré Mahdjoub Bedda, ces mises à l’écart sont en réalité une réaction du nouveau ministre face à ce qu’il considère comme une «œuvre de sabotage». Nos sources ajoutent que certains de ces cadres prennent toujours leurs consignes de l’ancien ministre. Des informations difficiles à vérifier, mais qui peuvent justifier les limogeages en cours.

Après les directeurs centraux, Mahdjoub Bedda devrait effectuer, dans les prochains jours, des changements à la tête des grandes entreprises économiques, notamment celles gérées par des intérimaires. S’agit-il de créer une nouvelle dynamique ou d’une simple volonté d’effacer l’ère Bouchouareb ?

Rania Aghiles

Comments

loading...
;

Newsletter

;

Recevez chaque jour l'essentiel de l'actualité avec la newsletter d'Algerie Focus

;

;