C’est dans le sang que la population du Rif, dans le nord du Maroc, a passé l’Aïd El Fitr. Le Makhzen a opposé, hier, une répression des plus sauvages à des manifestants pacifiques à Taghzout (El Hoceima).

Malgré un dispositif de sécurité impressionnant, les jeunes Rifains sont sortis réitérer les revendications portées par le mouvement Hirak depuis huit mois maintenant. Des revendications de caractère socio-économiques, démocratiques et culturelles. La marche a été violemment réprimée. Passages à tabac, gaz lacrymogène, rien n’a été épargné pour tenter de mater les manifestants.

Des blessés et de nombreux manifestants arrêtés, tel a été le bilan de cette opération de terrorisme d’Etat.

Au total, ce sont près de 200 militants du mouvement Hirak, dont sa tête de proue Nasser Zafzafi, qui ont été emprisonnés. Etant accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat, ils encourent de lourdes peines de prison.

L.R.