Le maître de la chanson oranaise, Blaoui El Houari, est décédé, ce mercredi matin, à Oran, à l’âge de 91 ans, des suites d’une longue maladie. Blaoui El Houari s’était, au grand dam de ses nombreux fans, éclipsé de la scène artistique algérienne depuis quelque temps déjà. 

Né le 23 janvier 1926 à Sidi Blel (Oran), Blaoui El houari a développé son penchant pour la musique dès l’âge de 4 ans. C’est son père, Mohamed Tazi, un mélomane qui jouait de la Kouitra, qui lui a transmis le “‘virus”.
Dans les années 40, alors qu’il n’était que dans la vingtaine, il était déjà très sollicité pour l’animation des fêtes de mariage ou de circoncision. Mahieddine Bachetarzi lui a confié, en 1949, la formation et la direction de l’orchestre de l’Opéra d’Oran.
Blaoui El Houari laisse pour la postérité quelques 500 chansons et une trentaine de disque 78, 33 et 45 tours, des cassettes audio et vidéo.

 

Le défunt sera inhumé cet après-midi au cimetière d’Aïn El Beïda de la ville d’Oran, selon cette même source.
L.R.