Moins de 48 heures après les déclarations fracassantes d’Ahmed ouyahia sur les réfugiés, le ministre des Affaires Etrangères tente une clarification de la position du gouvernement sur le sujet. Mais à défaut d’une position objective, il verse dans la diabolisation des « migrants ». Il ne dit pas non plus pourquoi les frontières sont devenues une véritable passoire.

Tout en apportant des éclaircissements sur les propos d’Ouyahia, Abdelkader Messahel rejette les accusations des organisations internationales. Selon lui, «l’arrivée massive des migrants, qui font de l’Algérie une destination, pose problème» dans la mesure où «cette migration est organisée par des réseaux de passeurs». Ce sont ces derniers «qui constituent un problème pour la sécurité nationale», précise le chef de la diplomatie algérienne.

«Le gouvernement est en train de préparer des mesures d’urgence» pour faire face à la situation, a ajouté le ministre cité par l’APS. Il évoque une «mafia organisée qui canalise des migrants vers l’Algérie après la fermeture des frontières avec la Libye». Devant cette situation, «il est de notre devoir en tant que gouvernement de nous défendre et de défendre nos intérêts», a-t-il indiqué. «Nous n’avons de leçon à recevoir de personne. Les Algériens sont connus pour leur hospitalité», a-t-il encore précisé en réponse aux critiques des ONG.

Rania Aghiles