Le secrétaire du FLN, Djamel Ould Abbès, a affirmé, samedi, qu’il était trop tôt pour évoquer les présidentielles de 2019. Pour appuyer son propos, il a convoqué, en la détournant, l’expression populaire “ki yzid nsamouh Bouzid” (quand il naîtra, on l’appellera Bouzid), la remplaçant par “ki yzid nsamouh Saïd” (quand il naîtra, on l’appellera Saïd).

Lors d’une réunion avec la base militante destinée à préparer les élections locales, prévues pour la fin de l’année en cours, Djamel Ould Abbès, a refusé de s’étendre sur la présidentielle 2019, estimant qu’il était trop tôt pour ce faire. Afin d’appuyer cette affirmation, Djamel Ould Abbès a eu recours à l’expression populaire “ki yzid nsamouh Bouzid”. Seulement, il l’a détournée pour devenir “ki yzid nsamouh Saïd”.

Est-ce un simple trait d’humour ou une allusion à une éventuelle candidature du frère conseiller du président en exercice, Abdelaziz Bouteflika?

L.R.