Affaire de la parturiente de Djelfa/ Le verdict est tombé 

Après des mois de polémiques, le verdict est tombé dans l’affaire de la mort de la parturiente de Djelfa. Le tribunal de la ville a condamné la gynécologue, le Docteur Ouali, à 10 mois de prison avec sursis et 2 mois ferme pour «négligence» et établissement de faux documents.

Dr Ouali va ainsi quitter la prison dans les tous prochains jours. Selon des sources proches du médecin, absent des lieux lorsque la parturiente est décédée le 23 juillet dernier, elle va faire appel de son jugement.

Les autres détenus, à savoir les deux sages-femmes, un directeur de garde et un infirmier, ont écopé d’une peine de 6 mois de prison avec sursis chacun. La justice leur reproche des «négligences» qui auraient conduit à la mort d’une parturiente de 23 ans et de son bébé.

Les faits se sont produits le 23 juillet lorsqu’une dame s’est présentée à l’hôpital de Djelfa pour accoucher. Elle a été renvoyée. Partie vers l’hôpital de Hassi-Behbah, elle a été également éconduite avant de tenter sa chance à Aïn-Ouessara. Peine perdue. La dame est décédée au cours de route.

L’affaire, qui a connu une forte médiatisation, a ému les Algériens et a poussé le ministère de la Santé à envoyer une commission d’enquête. La seule gynécologue de l’Hôpital mère et enfant de Djelfa, Dr Ouali, qui se trouvait en congé de maladie à Alger, a été arrêtée en compagnie d’autres fonctionnaires de la santé. Un fait qui relance le débat sur la fiabilité du système de santé dans le pays.

Rania Aghiles