Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Abdelaziz Benali Cherif, a exprimé vendredi, la « grande préoccupation » de l’Algérie face aux violences, rapportées par de nombreuses sources médiatiques et diplomatiques, perpétrées à l’encontre des citoyens birmans de confession musulmane.

M. Benali Cherif a affirmé à l’APS, que « les drames qui se déroulent quasi à huis clos en Birmanie, dont sont victimes les citoyens birmans de confession musulmane ont atteint des cimes inqualifiables dans l’horreur, selon les informations rapportées par de nombreuses sources médiatiques et diplomatiques », appelant par là même, le gouvernement birman à la “protection en urgence” de ses citoyens Rohingya.

« Nous appelons le gouvernement de Birmanie à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour faire la lumière sur ces violations et s’acquitter de son devoir de protection de ses citoyens Rohingya », a-t-il dit, ajoutant que « La communauté internationale est également appelée à agir en urgence notamment dans le cadre du Conseil de Sécurité des Nations Unies et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés pour mettre un terme à la violence exercée contre cette population vulnérable et prévenir le drame humanitaire dont les contours se dessinent chaque jour davantage », a-t-il conclu.

M. M.