Le secrétaire général du FLN Djamel Ould Abbés, a affirmé l’armée n’imposera pas son candidat en 2019. Pour lui, cela n’entre pas dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles. Il affirme que le prochain président sera inévitablement du FLN.  

Répondant aux questions de la presse en marge d’une rencontre avec les militants de son parti au siège du FLN à Alger, hier vendredi, M. Ould Abbès a affirmé que le prochain président ne sera pas un poulain de l’armée.

«L’armée restera loin de la scène politique. Sa mission constitutionnelle consiste à protéger la patrie, l’unité du territoire national, l’unité nationale et la sauvegarde de la paix et de la sécurité et ça s’arrête là», a-t-il soutenu.

Le SG de l’ex-parti unique a également évoqué la question de la légitimité pour dire que «la légitimité révolutionnaire est toujours de mise alors qu’il n’y a point de légitimité quad on est parachuté à la présidence par l’armée».

Il a par ailleurs,  insisté sur le fait que le prochain président sera «inévitablement du FLN».

Reste à savoir si le SG de l’ex-parti unique, en bon commis du régime, a été instruit par les véritables décideurs sur le contenu de cette déclaration ou s’il s’agit d’un de ses discours fantasques destinés à galvaniser ses troupes à la veille des élections locales.

M.M.