Il était temps, le ministre de la Santé, le professeur Mokhtar Hasbellaoui, a dit tout haut, devant la commission des affaires sociales de l’APN, ce que beaucoup de gens pensent tout bas depuis des années.

«Les Algériennes font trop d’enfants», a déclaré ce spécialiste en évoquant l’«explosion» du nombre des naissances dans notre pays au cours des dernières années. Explosion? le mot n’est pas trop fort. Au 1er janvier 2018, nous serons 42 millions. La population algérienne  a connu un véritable «boom» depuis le début des années 2000, grâce, essentiellement, à une espérance de vie plus longue et un cadre social et économique plus favorable.

L’Algérie a enregistré, au cours des  dernières années, plus d’un million de naissances par an (1,1 million l’année dernière), alors que ce chiffre était seulement de 580 000 au début des années 2000. Et ce n’est pas fini. Le phénomène gonfle constamment et s’alimente de lui-même. Les spécialistes révèlent qu’il y a aujourd’hui, en Algérie, 11 millions de femmes en âge de se marier et de faire des enfants, un autre facteur qui risque d’emballer la  croissance démographique.

Une transition démographique interrompue et inversée

L’Algérie n’est décidément pas un pays comme les autres. La politique de planification familiale et de régulation des naissances, adoptée  durant les années 70 et 80 avait donné des résultats spectaculaires. La natalité est passé de 7 enfants par femme en 1983 à 2,4 enfants en 2002. Tout le monde s’attendait à ce que cette évolution se poursuive normalement, à l’image de ce qui se passe dans tous les pays comparables à l’Algérie et qui l’ont précédé dans cette voie, comme la Tunisie ou même le Maroc plus récemment, voire des pays comme la Turquie, ou encore la totalité des pays d’Amérique Latine. Sans parler des pays continents comme la Chine ou l’Inde qui ont accéléré le phénomène et stabilisé leur population en utilisant des moyens fortement coercitifs.

Et bien non! L’Algérie a encore surpris tous les spécialistes en amorçant une inversion unique au monde de sa «transition démographique». Depuis le début des années 2000, la natalité a recommencé à augmenter de plus belle et le nombre d’enfants par femme est de nouveau supérieur à trois en moyenne.

«Baby boom»

Si le nombre de naissances  en Algérie a pratiquement doublé entre 2000 et 2017, cela est dû en grande partie à la «fièvre nuptiale» qui s’est emparée des Algériens.

Les derniers chiffres disponibles indiquent que plus de 369 000 mariages ont été enregistrés durant l’année 2015, contre 177 000 en 2000, ce qui explique cette croissance du taux de natalité. L’augmentation du nombre des naissances est également encouragée par le mariage à un plus jeune âge. Conséquence: une enquête de l’ONS indique, qu’en 2015, on a enregistré une moyenne de naissances quotidienne de 2800, contre 2700 en 2014 et 2600 en 2013. Le nombre de 3000 naissances par jour est donc en vue et devrait être dépassé très rapidement.

Bombe démographique plutôt qu’aubaine

Conjugué à une diminution du taux de mortalité, notamment infantile, l’augmentation du nombre des naissances provoque un «accroissement net» de la population qui est désormais proche de 900 000 par an. La population algérienne pourrait donc franchir le cap symbolique des 50 millions beaucoup plus tôt que prévu et avant 2025.

De nombreux experts ont tiré la sonnette d’alarme au cours des dernières années, en dénonçant la passivité et l’inaction des pouvoirs publics algériens .Commentaire de  l’un d’entre eux: «En fait  d’aubaine démographique, les générations entrant aujourd’hui dans la vie active risquent plutôt de connaître tout à la fois le chômage de masse, une vive inflation, frappant notamment les produits de base, la spéculation immobilière sous l’effet de l’exode rural en particulier, ainsi qu’un renchérissement considérable des coûts de formation de leurs enfants, pour affronter enfin, le temps de la cessation d’activité venu, des retraites moins assurées, du fait de la diminution proportionnelle du nombre d’actifs à cet horizon». 

C’est seulement depuis quelques mois que le ministère de la Santé s’est souvenu qu’il est aussi le ministère de la Population. Il évoque désormais, de nouveau, les notions oubliées depuis des décennies de «planification familiale» et d’«espacement des naissances».

On apprends ainsi que le ministère dirigé par M.Hasbellaoui a décidé d’appliquer une stratégie plus active avec l’objectif de réduire la natalité à 2,1 enfants par femme d’ici à 2035, ce qui constitue  le «seuil de renouvellement des générations» et permettrait à cette date de stabiliser la population dans notre pays qui aura quand même sans doute atteint d’ici là, plus de 55 millions d’habitants.

Yazid Taleb