L’Algérie s’apprête à lancer un satellite à usage civil militaire en collaboration avec la Chine. Le projet est présenté comme étant vital d’un point de vue stratégique. L’engin spatial permettra en effet de contrecarrer les opérations d’interception des communications par le satellite militaire marocain, lancé récemment.  

Le satellite Alcomsat-1 sera lancé à partir de la Chine et servira, en premier lieu, à répondre aux besoins stratégiques de l’Algérie notamment en matière de sécurité, rapportent divers sites chinois.

L’engin qui devait au préalable garantir une connexion Internet sans interruption dans toutes les régions du pays semble avoir été doté de nouvelles capacités pour contrecarrer les tentatives d’interception des communications par le satellite marocain Mohammed VI-A, lancé récemment. Deux postes de commandement ont d’ailleurs été installés pour contrôler Alcomsat-1. Ce sont les wilayas de Médéa et d’Ouargla, qui ont été choisies à cet effet.

Rappelons que le Maroc a lancé, le 8 novembre dernier, un satellite militaire en collaboration avec la France. Ce dernier vise à surveiller et à collecter des informations grâce à son système d’espionnage intégré. Il sera rejoint en 2018 par un deuxième satellite. Il ont en effet vocation à fonctionner en binôme, pour former le système dit «Pléiades», qui peut avoir un usage civil et militaire.

Pléiades, projet conjoint d’Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space, peut fournir environ 1 000 photos par jour en plus des interceptions de communications.

M.M.