Confrontée à une grave crise financière, la Libye cherche des opportunités de relance de son économie. C’est dans ce sens que le PDG de la compagnie pétrolière libyenne (NOC) a indiqué, depuis Washington, attendre le retour de la Sonatrach pour reprendre les investissements pétroliers dans son pays.

«Nous comptons sur le retour du groupe pétrolier algérien (Sonatrach -NDLR) en Libye avec l’amélioration de la situation sécuritaire», a déclaré Moustafa Sanalla, Président-directeur général de NOC, cité par l’APS.

Dans les faits, Sonatrach est présente en Libye depuis quelques années à travers sa filiale Sipex, qui opère dans deux blocs d’exploration à Ghadamès. Elle a dû se retirer de ce pays dans le sillage du chaos politique et sécuritaire.

«Nous voulons renforcer nos relations bilatérales», a ajouté M. Sanalla qui dit «souhaiter un retour rapide » de Sonatrach en Libye, rappelant au passage sa visite en Algérie en juin dernier, et les entretiens qu’il a eus avec les responsables du secteur énergétique algérien.

Le responsable libyen souhaite également développer de nouveaux gisements en compagnie de la Sonatrach.

Les luttes entre les différentes factions qui luttent pour le pouvoir en Libye rend la situation intenable dans ce pays.

Rania Aghiles