Le duel qui oppose le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est loin de connaitre son épilogue. Les deux hommes ne cessent de s’envoyer des flèches assassines sur fond de luttes de clans autour de la présidentielle de 2019.

Lors d’un meeting animé vendredi à Tizi-Ouzou, le secrétaire général du FLN s’en est en effet pris à son «allié» du RND, Ahmed Ouyahia, qu’il soupçonne de vouloir privatiser les entreprises publiques. «Nous allons nous opposer de toutes nos forces à la privatisation des entreprises publiques», a déclaré Djamel Ould-Abbès qui promet de «protéger les emplois» et «les salaires des travailleurs». «Le FLN défendra le secteur public quel que soit le prix à payer», a ajouté l’homme, habitué aux sorties polémiques.

Réponse du berger à la bergère : à partir de Tiaret où il animait un meeting électoral, le secrétaire général du RND a indiqué que «l’Etat n’a pas l’intention de privatiser les entreprises publiques, particulièrement les entreprises stratégiques». C’est en fait un éclaircissement à la lecture d’une instruction envoyée par le Premier ministre aux responsables des entreprises publiques. La note a été interprétée par des journalistes et des analystes comme une volonté des autorités de préparer la privatisation de certaines entreprises publiques.

Rania Aghiles