El-Hadi Ould-Ali lors d'une communication

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi, a prononcé, aujourd’hui en ouverture du symposium sur le football national qu’organise pendant deux jours la fédération algérienne de football (FAF) au Centre international des conférences de Club des Pins, son discours, dans les trois langues, respectivement arabe, français et amazigh.

Ce qui n’est pas passé inaperçu d’autant plus qu’en Kabylie, plusieurs manifestations, marches et rassemblements, sont organisées par des citoyens pour dénoncer ce qu’ils considèrent être une atteinte à l’identité amazigh de la part de l’assemblée nationale (APN). L’initiative d’Ould Ali n’est certainement pas due au hasard.

En s’exprimant en kabyle, le ministre, ancien militant de la cause identitaire, a voulu adresser un message clair aux contestataires : Tamazight est une langue officielle et elle est prise en charge par l’Etat. Tout a commencé, il y a plusieurs jours, lorsqu’une députée du Parti des travailleurs (PT) de Louiza Hanoun, a introduit une proposition concernant la promotion de la langue amazigh dans le cadre du débat autour de la loi de finances 2018.

L’amendement a été rejeté puisque, selon les membres de la Commission des finances, la langue amazigh est déjà prise en charge par l’Etat et que cette question n’a pas lieu d’être inscrite dans la loi de finance. D’une simple manœuvre de ce parti, l’affaire est devenue, en l’espace de quelques jours, un problème épineux pour les autorités.

Elyas Nour

Manifestations pour la promotion de tamazight/Ould Ali prononce son discours en arabe, français et Tamazight
Notez cet article