MM. Ouyahia et Edourad Philippe lors d'une conférence de presse conjointe. Ph DR

 

C’est à partir de Paris où il était en déplacement jeudi que le Premier ministre Ahmed Ouyahia a tenu à clarifier » certaines situations. A commencer par la situation politique qui règne dans le pays. Lors d’une rencontre avec la communauté algérienne établie en France, le Premier ministre a en effet démenti l’existence d’un pouvoir parallèle. « Contrairement à toutes les rumeurs et propagandes véhiculées par certains à partir de l’Algérie ou à partir de l’étranger, notre Président dirige bien le pays dans tous les domaines, et il n’y a ni cabinet noir, ni pouvoir occulte à Alger », a tenu à préciser le Premier ministre.

Avant cela, Ahmed Ouyahia a même tenu  donner les informations concernant l’état de santé de Abdelaziz Bouteflika. « notre président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se porte bien et que Dieu lui prête longue vie et bonne santé », a-t-il indiqué avant de reconnaître que le chef de l’Etat n’est plus ce qu’il était. « Certes, notre Président n’a plus tout le dynamisme que vous lui avez connu lorsque vous l’avez rencontré en 2000 et en 2004 ici en France », a-t-il admis.

Avant ce discours, le Premier ministre a rencontré son homologue français, Edouard Philippe dans le cadre de la Haute commission mixte algéro-française.

Akli Ouali

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouyahia à Paris : « Il n’y a pas de pouvoir occulte à Alger »
Notez cet article