Le secrétaire général du Front de libération national Djamel Ould-Abbès, a exprimé la position de son parti concernant les discussions tournant autour du retour des Harkis partis en France au lendemain de l’indépendance. Ce retour a été réclamé une nouvelle fois, par le président français Emmanuel Macron.

Le SG du FLN a réitéré le refus de son parti. « Un harki restera toujours un Harki. C’est un traitre qui a choisi son camp lorsque notre peuple se faisait bombarder au napalm », a-t-il soutenu en marge d’une cérémonie organisée à l’honneur de Abdelhakim Bettache qui s’était présenté comme candidat libre à sa propre succession à la tête de l’APC d’Alger centre, avant de railler le FLN. https://www.youtube.com/watch?v=2uVEpAtF4aQ

Allégeance au président oblige, M. Ould Abbès a du nuancer ses propos pour dire que le pouvoir de décision concernant l’épineuse question du retour des Harkis revient au Président de la République et que la décision qui va être prise ne peut qu’être mesurée.

M.M.