L'Hôtel Safir est en pleine rénovation

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, le patron du FCE, Ali Haddad et le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd ont procédé, le 23 décembre dernier, à la signature de la charte du partenariat public privé (PPP) qui ouvre la voie à la privatisation (ouverture du capital) des entreprises publiques. S’il est établi que le secteur du tourisme est le premier qui sera concerné, des informations ont commencé à fuiter au sujet des noms des hôtels qui seront privatisés dans un proche avenir. Cette opération touchera apparemment une soixantaine d’entités, dont le complexe des Andalouses, à Oran, le prestigieux hôtel El Djazaïr (ex-Saint George), Essafir (ex –Mazafran) et El Manar de Sidi Fredj. Le gouvernement veut, selon toute vraisemblance, se désengager le plus tôt possible de la gestion des hôtels et complexes touristiques. Il y a quelques jours, le ministère du Tourisme avait procédé aux changements de plusieurs responsables à la tête des entreprises de gestion touristique (EGT) avant de faire marche arrière suite à une instruction de la chefferie du gouvernement. Pour plus d’un, la tutelle voulait préparer le terrain pour ces privatisations. En tous cas, il est clair, aujourd’hui, que les hôtels publics vont inéluctablement être privatisés. Il reste à connaitre les conditions dans lesquelles ces privatisations vont se faire, notamment pour ce qui est de l’identité des potentiels repreneurs et des intérêts des travailleurs.
Elyas Nour

Secteur public/Voici les hôtels qui seront concernés par la privatisation
Notez cet article