Ceci n'est pas une étude mondiale ou officielle, seulement un sondage lancé sur les réseaux sociaux du journaliste Moncef Aït-Kaci, et qui se base sur une meilleure compréhension de l'état psychologique des personnes qui le suivent (les Followers), une jeunesse algérienne qui semble désabusée et sans avenir.

Une question a été posée aux jeunes internautes ce lundi 29 janvier : Faites-vous partie des jeunes à qui ça arrive parfois d'être persuadés qu'ils mourront jeunes ?

Incroyables étaient les statistiques, près de 24h après le lancement du sondage : 61% des participants ont répondu OUI à la question, 39% ont dit NON !

La majorité est donc persuadée de mourir jeune. Loin de l'aspect religieux et de la vision des choses de tout un chacun, seulement un sondage routinier, certes, mais qui a fait ressortir une impression de crainte récurrente, selon les internautes, qui par moment persiste.

Si l'on devait se fier aux propos de ces derniers, l'on pourrait croire que les arguments liés à cette angoisse, auraient un rapport avec le mode de vie stressant, les problèmes et les diffucultés rencontrés dans la vie, ou encore un soupçon de pessimisme qui empêcherait les jeunes d'aujourd'hui d'espérer une longue vie.

En dehors du destin que l'on ne peut deviner, et d'un futur qu'il nous est impossible de prédire, souvent, les raisons pour lesquelles sont évoquées une mort précoce sont les suivantes :

"Un peuple mysogyne et violent", selon une demoiselle, "qui pourrait la violer en plein public avant de la tuer", en sachant, toujours selon la même intervenante, que "les tueurs écoperaient de deux années de prison, sans plus" !

Un autre commentaire faisait état d' "une âme déjà exténuée à 30 ans d'existence"

Je ne pouvais vous laisser sans terminer sur une note d'optimisme, attribuée à une internaute qui propose de nous "faire découvrir, afin de mettre fin au désespoir, une firme centenaire spécialisée en génome, ce qui est nouveau en Algérie, grâce à laquelle les gens ne meurent pas jeunes". Toujours selon cette même internaute, "un certain chercheur (Dan Gubler), dit qu'il voit dans le corps humain des corps vitaux et un million de cellules qu'il faut réparer puis tout va rentrer dans l'ordre".

Bref, des avis mitigés, beaucoup ont répondu OUI à cette question "sans savoir pourquoi", ont-ils déploré.

Le plus important, ne jamais oublier que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.
Tranche d'âge du public visé : 18-25 ans.
Nombre de répondants: 1095
Société - La jeunesse algérienne a peur de mourir jeune !
Rate this post