La ministre de l’Education Nationale, Nouria Benghebrit, a rejeté finalement la proposition de médiation que lui a été faite, hier, par l’imam Ali Aya et l’avocat Nadjib Bitam qu’elle avait reçu durant la matinée.

«La rencontre répond à la demande faite par des personnalités religieuses et juridiques en vue de s’informer de la situation prévalent au niveau de l’éducation nationale, avec la grève « illimitée» déclenchée par le Cnapeste.

Ils se sont, effectivement, proposés en médiateurs. Ma réponse a été claire : la justice a déjà tranché», a déclaré la première responsable du secteur dans une déclaration faite au quotidien francophone «El Watan», avant d’ajouter : «Je les ai remercié tout en rappelant que tous nous devions nous conformer aux décisions de la justice, surtout quand elles touchent à un secteur aussi vital que celui de l’éducation nationale».

Benghébrit rappelle qu’elle était «disposée à recevoir les représentants du Cnapeste dès la cessation de leur grève illégale». En d’autres termes, la ministre s’en tiens toujours à sa première décision, à savoir ne pas rencontrer les représentants de ce syndicat qu’après l’arrêt du débrayage. Il faut rappeler que le Cnapeste a entamé sa grève générale et illimitée le 30 janvier dernier.

Deux jours plus tard, la justice l’a déclaré illégale. Par conséquent, la tutelle avait engagé des procédures de licenciements à l’endroit des enseignants grévistes. Plus de 500 d’entre eux, exerçants à Blida, ont reçu en début de semaine des notifications de radiation.

Elyas Nour

Education/Benghebrit rejette la médiation d’Ali Ayya
Notez cet article