La ministre de l’Education Nationale, Nouria Benghebrit, a reçu ce matin, au siège de son département, l’imam Ali Aya et l’avocat Nadjib Bitam, dans le cadre de l’initiative de ces deux derniers qui consiste en une médiation entre le ministère et le CNAPESTE pour mettre fin à la crise qui secoue le secteur depuis plusieurs jours.

L’organisation de cette rencontre en soi a été interprété par certains comme une volonté de la ministre de faire un pas pour le règlement du conflit.

Un responsable du syndicat a déclaré, de son côté, que le gel de la grève illimité ne se fera qu’après l’entame de négociations directes avec la tutelle. Ce débrayage, qui a débuté le 30 janvier dernier, commence à peser lourdement sur les élèves. Certaines wilayas, Tizi-Ouzou, Bejaia et Blida en l’occurrence, étaient en grève depuis le mois de septembre.

Les parents d’élèves, qui jugent que l’action de la grève est «disproportionnée» par rapport aux revendications exprimées (mise en application des contenus de PV de 2015 signés avec des directions de wilayas relatifs à la restitution des ponctions sur salaires), redoutent carrément l’année blanche. Le ministère, pour sa part, a ordonné le licenciement des enseignants grévistes après que la justice ait déclaré cette grève «illégale». La médiation d’Ali Aya va-t-elle aboutir ? Les jours à venir nous le dirons.

Elyas Nour

Mouvements sociaux/L’imam Ali Aya, médiateur entre le ministère de l’Education et le CNAPESTE
Notez cet article