En Égypte, l’élection présidentielle qui sera clôturée ce mercredi est perçue comme une simple formalité. L’homme fort du pays le président Abdel Fattah al-Sissi n’a d’autre défi que celui du taux de participation. Pour prévenir contre une éventuelle surprise, les autorités égyptiennes ont décidé de sanctionner les boycotteurs de cette élection. Une mesure que les Égyptiens contestent.  

L’élection présidentielle en Égypte est pliée depuis longtemps. Le président al-Sissi a veillé à ce que personne ne vienne lui barrer la route. Les rivaux potentiels ont été carrément neutralisés. Seule l’abstention continue de tourmenter le régime égyptien. Pour se débarrasser de ce problème, les autorités ont décidé de sanctionner les boycotteurs en les soumettant à une amende.

Intervenant ce matin lors d’un point de presse, le chargé de communication de l’instance égyptienne de surveillance des élections a imposé une amende de 500 livres égyptiennes à tous ceux qui s’abstiennent de voter. Les 59 millions de citoyens égyptien inscrits sur le fichier électoral sont donc tenus de se diriger vers les bureaux de vote avant 20H ce mercredi, sans quoi ils seront contraints de mettre la main à la poche.

Sur les réseaux sociaux, l’information a fait l’effet d’une bombe. Les internautes égyptiens dénoncent une campagne d’intimidation d’autant plus que la mesure est contraire aux dispositions de la constitution égyptienne. L’absence totale de transparence est également déplorée dans une élection où aucun chiffre officiel n’a été avancé. Pourtant le vote a commencé lundi.

Élection présidentielle en Égypte / Celui qui ne vote pas paiera une amende !
3.5 (70%) 2 votes