Y-t-il un complot contre la JS Kabylie ? C’est le cas, d’après des députés du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, signée par Yassine Aissiouane, Lila Hadjarab, Mohand Arezki Hamdous et Hamid Ait Said, le parti présidé par Mohcin Bellabes affirme que des hommes politiques des partis du pouvoir ont usé de leur influence auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi et du Président de la fédération algérienne de football (FAF), Kheireddine Zetchi pour que le match des quarts de final de la Coupe d’Algérie, opposant la JSK à l’USM Blida, soit délocalisé de Tizi Ouzou vers Alger (stade du 5 juillet).

«La JSK, symbole de la lutte identitaire et du combat de toute la région de Kabylie, fait face à une tentative de déstabilisation sans précédent. Vouloir faire jouer la JSK, avantagée par le tirage au sort conformément à la réglementation en vigueur, vaille que vaille sur un terrain autre que le sien ne peut être interprété que comme une manœuvre visant à saborder le club phare des Kabyles, qui traverse actuellement une crise préméditée.

L’irruption de certains politicards des partis du pouvoir dans le monde du football pour, paraît-il, enjoindre au ministre, à la FAF et à la ligue de délocaliser le match de coupe que devrait jouer la JSK face à l’USMB confirme cette volonté de nuire», lit-on dans cette déclaration.

Les députés du RCD soupçonnent même une volonté de déstabiliser toute la région. «Cela ne rentre en réalité que dans le cadre d’une large et vaste opération de déstabilisation de toute une région, de perversion de tout un combat et d’inversion de l’échelle des valeurs», ajoute-t-on de même source. Il faut rappeler que la FAF avait pris hier la décision de domicilier cette rencontre au stade du 5 juillet à Alger ce mardi. Le président de la JSK, Chérif Mellal, a dénoncé ce qu’il considère être une «injustice» et a menacé de «boycotter» le match. Selon les règlements de la Coupe d’Algérie, les rencontres des quarts et des demi-finales doivent se jouer dans des stades de 20 000 places et plus. La FAF a estimé que celui du 1er novembre n’a pas cette capacité. La DJS de Tizi Ouzou affirme le contraire.

Elyas Nour

Football/Des partis du pouvoir derrière la délocalisation du match de la JSK, selon le RCD
Notez cet article