Dix algériens, dont deux mineurs, ont été déférés jeudi, devant un juge espagnol, à Alicante (Est de l’Espagne) pour des affaires d’agressions sexuelles sur trois filles mineures de 14, 15 et 17 ans. Les mis en cause ont été interpellés durant la semaine. Les services de sécurité espagnols n’ont pas précisé s’il s’agit d’algériens résidants légalement dans ce pays ou sont en situation irrégulière. D’après un communiqué de la police, ces dix algériens « offraient des drogues et de l’argent » à leurs victimes. La même source ajoute que « les trois adolescentes s’étaient enfuies d’un internat pour jeunes en difficulté de la ville ». L’une d’entre elles aurait même été « enfermée pendant 24 heures, durant lesquelles les membres du groupe l’ont agressée et ont abusé d’elle sexuellement de manière répétée ». L’une de ces trois victimes est toujours recherchée par la police. Ce n’est pas la première fois que des algériens sont impliqués dans des agressions sexuelles à l’étranger. Il faut rappeler à cet effet l’affaire des agressions sexuelles commises sur des allemandes, durant les fêtes du nouvel an de 2016 à Cologne (Allemagne), qui avait provoqué un véritable vent d’indignation. Plus tard, en faisant le bilan, la police fédérale allemande avait révélé que sur les 153 personnes suspectées d’avoir commis ces agressions, 103 sont de nationalité algérienne et marocaine dont la majorité dispose du statut de demandeur d’asile. Par la suite, des partis politiques allemands ont fait le forcing pour faire expulser les ressortissants des pays nord-africains.

Elyas Nour

Justice/10 algériens devant la justice espagnole pour agression sexuelle sur des mineures
1 (20%) 1 vote